Esthétisation de l’espace public

Nous cherchons à comprendre les phénomènes d’esthétisation de l’espace public qui apparaissent en nombre dans les pays à économie forte. L’hypothèse est que le capitalisme invisible, dont l’objet est de produire de la richesse sous la forme d’objets et de marchandises, expose sa bonne santé dans l’espace public à travers de nombreux artefacts produits par les artistes, les designers, les architectes. Cette exposition permanente d’objets culturels, que l’état, les régions, les villes valorisent par des événements, célèbrent la « démocratisation de la culture » en rassemblant en une communauté éphémère, un nombre considérable de spectateurs distraits qui arpentent l’espace public en suivant des itinéraires jalonnés de proche en proche par des installations à voir.

Quel est le sens de ces événements qui dessinent périodiquement le visage d’une société consensuelle et pacifiée?

Nous faisons l’hypothèse que l’esthétisation de l’espace public conduit à la dé esthétisation de l’art, non pas que l’art se vide de son potentiel esthétique par un transfert littéral à l’espace public, mais sous l’effet d’un design global et systémique qui utilise l’attractivité des arts en général exposés dans l’espace public pour servir diverses causes, dont les principales sont économiques et politiques. Aujourd’hui, la sortie des arts hors de l’esthétique s’est généralisée et même globalisée. L’art « sert » d’une manière ou d’une autre à rendre visibles des projets de développement urbain et territorial, il sert à appareiller le corps social en impliquant les artistes dans des dispositifs culturels, il sert d’attracteur contribuant à mobiliser les foules et les investisseurs. Mais en contrepartie, le territoire, la ville, l’espace public se trouvent transfigurés par les arts, esthétisés au contact de l’art public, l’art in situ, l’art contextuel, et par leur intermédiaire, le rapport de l’usager à l’espace public se transforme et s’enrichit de dimensions autres que fonctionnelles. (M. Bouchier)

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :